quelle aventure : les romains

Publié

Tibère, sur ordre d'Auguste, avait adopté son neveu Germanicus, jeune et populaire, contrairement à l'empereur[m 23],[p 28]. Malgré un aspect civil et démocratique des pouvoirs de l'empereur, détenant légalement la puissance tribunitienne au lieu du consulat annuel, les troubles persistent à chaque absence d'Auguste ou d'Agrippa. Il prend le contrôle absolu de l'armée, 28 légions, dont il assure le financement et est protégé en permanence par la garde prétorienne, stationnée dans l'Urbs[p 4],[p 5] (jusqu'alors aucune troupe n'a résidé à Rome). Tibère et son frère Drusus reçoivent l'imperium proconsulaire, mais Drusus meurt en 9 av. Celle de Valentinien est tolérante vis-à-vis des païens[p 89], celle de Valens persécute certaines doctrines chrétiennes hétérodoxes, comme les nicéens[59]. L'administration centrale est elle aussi agrandie, par Licinius et Constantin[p 84] et organisée militairement[pi 16]. C'est, pour reprendre Paul Petit, « un replâtrage hasardeux » : le principe d'hérédité n'est pas démenti puisque Constantin reste césar, et Licinius devient auguste sans passer par le césarat, ce qui contrevient à la théorie[p 74]. Sur le plan politique, cela se traduit par la montée de l'ordre équestre, titulaire des grandes préfectures et de plus en plus présente dans les provinces comme gouverneur à la place de la classe sénatoriale[6]. Des chercheurs tels que Georges Dumézil et T. P. Wiseman insistent également[4] sur le fait que les notions de mythe et d'histoire ne sont nullement exclusives l'une de l'autre dans la Rome antique, et qu'il est donc possible de parler de mythologie romaine, même si elle s'est construite en bonne partie sur des récits conçus comme historiques. Il nomme son propre fils Diaduménien César puis Auguste en 218, mais sont tous deux assassinés. 410 : les Wisigoths s'emparent de Rome" En effet, l'essoufflement général de l'empire arrive bien plus vite qu'o… Après avoir permis à nombre de membres des élites provinciales de devenir citoyens et en élargissant la citoyenneté à des zones entières, Auguste rend plus rigoureux son accès et limite les affranchissements[m 12]. Les troupes les aguerries — c'est-à-dire les légions — sont placées sous le commandement d'un duc (dux), indépendant du pouvoir civil, et dont la zone d'action s'étend bien souvent à plusieurs provinces[24]. Son corps est difforme, mais, il réussit à épouser Vén… L'évolution est donc empirique, et elle se concrétise lors du partage territorial de 335 : chaque césar possède un préfet du prétoire. Père d'Ascagne (ou Iule), il est le fondateur mythique de Lavinium à l'origine de Rome, puis de sa Monarchie. Cela le rend impitoyable, lui qui a toujours été écarté du pouvoir réel, ne supporte pas l'opposition, et les procès et les exécutions sommaires se multiplient, à l'instar de la fin de règne de Néron. Aucun membre de la lignée des Julio-Claudiens n'est apte à prendre le pouvoir, et son règne, désastreux, ternit définitivement l'image de sa famille, qui n'est plus bénie et protégée par les Dieux. Celui-ci prend le consulat et réunit à Carnuntum en novembre 308 Maximien et Galère[p 74]. Les Romains mangent généralement dans un seul plat commun, à … Néron se trouve rapidement sans défense et Galba est proclamé empereur, le Sénat démet Néron de ses fonctions et le déclare « ennemi public ». La qualification de limitanei (« troupes frontalières ») n'est plus péjorative par ailleurs : elle désigne simplement les soldats des frontières[55]. Il adopte tout d'abord Tiberius Gemellus, avant de le faire assassiner pour []. La convention veut que l'Empire d'Occident ait disparu le 4 septembre 476, lorsque Odoacre déposa Romulus Augustule. La période dite du « Bas-Empire » ou de « l'Antiquité tardive » couvre près de deux siècles[N 2] (de 284 à 476 en ce qui concerne la Rome antique). Dèce est le premier empereur tué par des barbares, lors de la lourde défaite d'Abrittus face aux Goths en 251. La langue officielle ici, … Par une loi, il reçoit tous les pouvoirs qu'ont détenus les Julio-Claudiens. Si le terme de « consistoire » n'est attesté qu'à partir de Constance II, la réalité de ce qu'il désigne date de l'époque de Constantin Ier[pi 17]. Des généraux, Galba, Othon et Vitellius sont tour à tour nommés empereurs par leurs troupes puis assassinés en 69. Les raisons profondes qui ont conduit les empereurs à abdiquer sont inconnues. À sa mort, il n'y a déjà plus personne qui a vécu sous une République stable et prospère. L'État romain ne disposait pas, comme les États modernes, d'un seul nom. Le partage se veut donc purement administratif. Pendant près de deux ans, la guerre civile affecte tout l'Empire qui vit dans l'incertitude en attendant la prise de pouvoir du plus fort. Contrairement aux dire de certains historiens, la thèse de l'assassinat de Gordien par Philippe (celui-ci ayant remplacé le préfet du prétoire puis l'empereur, tous deux décédés à peu de temps d'intervalle) est aujourd'hui le plus souvent écartée. Séjan élimine un à un tous ses rivaux potentiels à l'Empire, instaure dans Rome un climat de terreur, diminue les pouvoirs du Sénat mais le préfet du prétoire tombe à son tour, accusé par l'empereur de trahison[m 24],[p 27]. Ses attributs sont un marteau, une enclume et une tenaille. En 451, à la bataille des champs catalauniques, le général Aetius repousse les Huns d'Attila de Gaule mais les laisse piller l'Italie.Valentinien III l'égorge en 454 par vengeance et jalousie. Le mode de transmission du pouvoir ne saurait donc être stable. L'Empire passe entre les mains de familles n'ayant jamais exercé la fonction impériale. […] l'objectif de Dioclétien est d'arrêter l'ennemi aux frontières et non pas à l'intérieur du territoire romain »[31]. De même, le pouvoir impérial, légitimé par la religion (la filiation divine des augustes), s'en trouve paradoxalement affaibli[44] : sa légitimité ne demeure que tant qu'on croit aux dieux sur lesquels elle repose. J.-C., et qui sont adoptés par l'empereur[m 19],[p 7]. Il compense cela par une nouvelle circonscription administrative, le « diocèse », qui est regroupement de provinces, à la tête desquels il place un vicaire. Galère marche à son tour contre les rebelles mais, craignant de connaître le même sort, fait machine arrière[p 73]. Après la mort de Britannicus en 55, Néron écarte sa mère, trop entreprenante, des affaires avant de la faire assassiner en 59. Les deux hommes se préparent alors longuement à l'affrontement suivant, réunissant des forces terrestres et navales importantes — Paul Petit parle de 150 à 170 000 soldats[p 79]. Philippe doit éliminer plusieurs concurrents avant d'être tué en affrontant Dèce. J.-C., l'État romain s'est agrandi au point d'englober un territoire allant de la Maurétanie tingitane (Maroc) jusqu'à la Mésopotamie, et de la Britannie (Angleterre) jusqu'à l'Égypte, créant ainsi l'une des plus grandes entités politiques de l'Histoire, qui influença profondément le monde méditerranéen, sur le plan culturel, linguistique et finalement religieux, tout en assurant la conservation de la civilisation grecque antique reçue en héritage. Les circonstances ont toutefois fait que ce partage a été le dernier. Constantin Ier a passé une bonne partie de son règne en campagne : contre les barbares et contre ses compétiteurs durant les guerres civiles de la Tétrarchie. Le territoire impérial semble à cette occasion divisé d'une manière plus arrêtée. En outre, l'empereur veut se présenter comme le restaurateur des mœurs, il réforme la justice et promulgue des lois pour limiter la dépopulation des couches élevées de la société mutilées par les guerres civiles[m 12]. La succession impériale se fonde dès lors sur des principes héréditaires[m 20]. Pourtant, les dieux de Rome ont des noms originaux qui les différencient de leurs homologues grecs : certes, à l'époque impériale, de nombreux dieux romains ont absorbé beaucoup d'attributs de dieux grecs ; néanmoins, l'étude minutieuse des noms romains de ces dieux ainsi que des cultes qui leur sont liés permet parfois de retrouver la nature première de ces anciennes divinités, qui étaient à l'origine proprement italiques. Le latin était la langue officielle de l'État, le grec ancien étant la langue des élites cultivées. La suppression des cohortes prétoriennes entraîne une réforme du haut-commandement : les préfets du prétoire perdent leurs attributions militaires. Malgré cette assimilation des Dieux romains, certains conservent tout de même des spécificités qui sont propres à leurs origines, en plus de leurs attributs grecs[2]. En 260, Valérien est même fait prisonnier par les Perses et finit ses jours comme esclave en Iran. Vulcain, identifié au dieu grec Héphaïstos est le dieu forgeron. Il connaît une opposition inexpiable dès le début de son règne, et se met à dos les sénateurs, pourtant nommés en majorité par son père. D'après les légendes rapportées par les historiens romains, Jupiter serait intervenu plusieurs fois dans les premiers temps de Rome. Pendant six mois, les Romains peuvent se féliciter d'un empereur juste, utile et libéral, qui leur fait oublier la sinistre fin du règne de Tibère[m 25],[p 30]. La conquête de la Bretagne par Agricola se poursuit avec brio et Domitien lance une offensive surprise contre le peuple germain du Rhin le plus puissant à l'époque, les Chattes, qu'il vainc. En septembre 96, c’est un sénateur qui monte sur le trône : Nerva, 65 ans, le princeps senatus, qui a une carrière exemplaire et paraît l'antithèse de Domitien[m 31]. Pour les remplacer, il crée les scholes palatines (environ 2 500 cavaliers), recrutées chez les Germains[49]. Ainsi est fondé le principat, reposant sur trois bases : militaire — par l'imperium proconsulaire majeur —, civile — par la puissance tribunitienne —, et religieuse — par le grand-pontificat. Certaines causes extérieures à l'Empire peuvent l'expliquer. Le rituel de la cour se raidit, il souligne la « surhumanité » de l'empereur[38]. Le 30 avril 313, Licinius vainc Maximin près de Périnthe, en Thrace[p 77]. Il est surtout connu pour son vaste programme de construction publique qui a remodelé la ville de Rome et laissé plusieurs monuments durables tels que les thermes, le forum et les marchés de Trajan ainsi que la colonne Trajane. C'est une période d'extension et de consolidation de l'Empire, marquée par des périodes de stabilité intérieure et de prospérité économique. Ses attributs sont un marteau, une enclume et une tenaille. Au IIe siècle, la superficie de l'Empire romain est à son maximum, et compte entre 50 et 80 millions d'habitants. Les gouverneurs sont ainsi dépouillés le plus souvent du commandement des troupes stationnées dans leur province — ce qui a aussi pour but de rendre les sécessions plus difficiles à mener[23]. Ce regroupement de villages au VIIIe siècle av. Quelques mois plus tard, une campagne bien mieux préparée permet au césar de remporter une victoire sur l'Araxe contre Narseh, de prendre Nisibe et de pousser jusqu'à Ctésiphon[p 63]. De nouveau détenteur des deux pouvoirs majeurs, Tibère devient le collègue d'Auguste, et ses nombreuses campagnes militaires victorieuses le légitiment[m 20],[p 21]. Une énième conspiration a raison de lui en 41[m 25],[p 33]. Seulement elle n'a jamais été fantasmagorique ni cosmique : elle a été nationale et historique. Il répartit plus en profondeur les moyens de défense, en plaçant des détachements (vexillationes) des légions frontalières à l'intérieur du territoire romain — à Milan ou Aquilée en Italie, ou Sirmium ou Siscia en Illyrie[p 50]. C'est finalement le général de l'armée du Danube, l'Africain Septime Sévère qui prend le pouvoir. Le régime tétrarchique a ainsi montré son efficacité — il a rétabli l'ordre aux frontières, compromis depuis un demi-siècle — et sa souplesse — les augustes n'hésitant pas à prendre en charge le ressort territorial des césars si nécessaire[20]. Il gagne la bataille, mais est assassiné peu après, et Dioclétien devient ainsi le seul empereur du monde romain[p 57]. Les fonctions de général en chef et de chef de guerre victorieux que tient traditionnellement l'empereur sont renforcées dans ces périodes de guerres incessantes, et la fonction impériale devient progressivement le sommet de la carrière militaire[10]. Les évènements autour de la succession d'Auguste sont très importants pour toute la suite du Haut Empire romain, déterminant les principes de succession pour toute la durée du principat[m 20]. Il s'agissait, en réalité, de mouvements de populations de très grande ampleur, réalisés sur de longues durées. Son règne voit le retour de la paix et de l'ordre politique[m 12]. La plupart des historiens (Theodor Mommsen, A. H. M. Jones, André Piganiol notamment) penchent pour une augmentation des effectifs sous Dioclétien[33].

Code Promo Le Site De La Sneakers, Le Bon Coin Immobilier Vosges, Ateliers Autonomes Ce2, Labidochromis Hongi Sweden, Tracteur Tondeuse 1000m2, Cauchemar En Cuisine Saison 11 Streaming, Vente Mobil Home Carcassonne, Virgil Tayoum Métier, Le Bon Coin Immobilier Vosges, Location Vincennes Le Bon Coin, Compagnon De Nicole Calfan, Femme Qui Ne Dévoile Pas Ses Sentiments,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *